L'équipe d'Elite féminine du Nimes Volley Ball n'arrive plus à gagner depuis 4 matchs, soit depuis la 1ère journée des play-downs et leur victoire à...Toulon.

Samedi, les joueuses gardoises ont pourtant réussi leur début de match, avec un 1er set d'un niveau très intéressant remporté 25-20: services bien plus efficaces que dernièrement, réceptions précises, attaques percutantes, défense plutôt efficace, et surtout beaucoup moins de fautes directes que face à Villejuif par exemple.

En face pourtant, Toulon jouait autrement mieux que lors des 4 précédentes confrontations entre les 2 équipes (2 matchs amicaux, coupe de France et match aller de play-down).

Pour pouvoir l'emporter, il aurait fallu que les nîmoises soient capables de maintenir le niveau de jeu affiché au 1er set durant toute la partie.

Or, elles se sont montrées un peu moins efficaces dans les secteurs clés du service et de la réception à partir de la 2ème manche, et ont en plus mal négocié des situations de relance qui leur auraient sans doute permis de mener 2 sets à zéro, puisqu'elles s'inclinèrent en fin de compte pour 2 malheureux points (23-25)...

Le 3ème set fut lui un condensé de tout ce qu'il ne fallait pas faire: plus de mouvement, plus d'ambiance, plus d'agressivité, beaucoup d'imprécisions et de fautes directes, et des joueuses qui erraient sur le terrain.
Résultat des courses: un 15-25 bien sévère mais juste pour des toulonnaises qui ne baissaient pas de rythme, bien au contraire!

La réaction nîmoises allait enfin arriver dans la 4ème manche, qui s'avéra être la plus spectaculaire.

Tandis que les varoises haussaient encore leur niveau, en défense notamment, les joueuses de Stéphane Patte allaient courageusement revenir dans la partie en se battant avec l'énergie du désespoir sur toutes les balles.

Malgré cela, on sentait que la confiance était du côté du TPM, puisque ses nombreux exploits défensifs étaient souvent transformés en points gagnants, pendant que ceux des filles du NVB n'arrivaient pas souvent à se concrétiser au tableau d'affichage.

Le suspense dura longtemps cependant, puisque les joueuses locales sauvèrent la bagatelle de 4 balles de match, avant de céder 27-29 pour conclure une défaite à zéro point, malheureusement.

Outre la confiance, il faut aussi reconnaitre que les varoises avaient un gros avantage athlétique sur les nîmoises, ainsi qu'un collectif beaucoup plus expérimenté.

On se demande même, au vu de ce match, comment cette formation toulonnaise en était arrivée à lutter pour le maintien, elle qui avait joué les premiers rôles en play-offs la saison dernière avec le même effectif...

Les choses se compliquent sérieusement désormais, puisque tous les jokers ont été grillés côté nîmois.
On se dirige désormais vers une lutte à 2 avec Villejuif, défait en 4 sets à Bordeaux, et qui compte toujours le même nombre de points que le NVB, avec un match en moins à disputer.

Même si ce n'est pas le meilleur endroit pour se refaire une santé, les coéquipières d'Elise Cassagnau seraient bien inspirées de ramener un petit quelque chose de leur déplacement à Marcq en Baroeul samedi prochain, avant d'aborder le sprint décisif avec la réception de St Fons dans 3 semaines, et le probable match de la mort à Villejuif le 6 mai prochain, en clôture de la saison.

Plus que jamais, il faut y croire et soutenir nos filles!

Allez le NVB, allez Nîmes!!!

Défaite à domicile en 5 manches de l'Elite féminine (16-25 ; 26-24 ; 19-25 ; 25-17 ; 10-15) par une valeureuse mais prenable équipe de Villejuif.

Les nîmoises ont manqué de régularité et fait une nouvelle fois beaucoup trop de fautes au service (comme à St Fons le week-end précédent) pour espérer l’emporter.

C’est d’autant plus dommage que depuis le début de la saison, le service était plutôt un point fort du collectif gardois.
Le match a offert aux spectateurs des échanges très spectaculaires, mais le manque de constance des locales en comparaison avec les visiteuses a fait la différence…

Voilà les joueuses de Stéphane Patte en position de 1er reléguable, mais rien n’est perdu cependant, puisque 4 équipes se tiennent en 1 point : Toulon (prochain adversaire du NVB le 8 avril prochain à Gaston Lessut) compte 13 points, tandis que Villejuif, Bordeaux et Nîmes en ont 12. Même Sens, avec 16 points, n’est pas tiré d’affaire !

Mais plus on se rapproche de la fin des play-downs, moins il faudra se permettre de gâcher les opportunités de gagner !

Il y eut quand même une bonne nouvelle dans la soirée : la rentrée très encourageante de Laure Embry, sur laquelle on pourra s’appuyer désormais

Allez Nîmes, Allez le NVB !!

 

Les filles de l'Elite devront se racheter après leur contre-performance de samedi 18/03 à St Fons (défaite 3-2 : 25-23 ; 25-11 ; 19-25 ; 15-25 ; 15-12).
Si les nîmoises n’ont pas fait un grand match, elles jouent néanmoins de malchance : aux dires des joueuses adverses, ces dernières ont effectué leur meilleure prestation de la saison, et ont bénéficié de l’apport d’une recrue pour les play-downs qui donne une meilleure assise à leur collectif.
Dans le même temps côté nîmois, le retour au 1er plan de Laure Embry prend plus de temps qu’espéré (Laure en est la première malheureuse), et l’absence de Christine Ngeleka jusqu’à la fin de la saison est un lourd handicap.

Ceci étant, il y avait la place de faire nettement mieux, mais une grande fébrilité a gagné les rangs gardois après la perte d’un 1er set mal engagé certes (6-1 pour St Fons), mais qui a vu le NVB revenir rapidement avant de prendre 1 point d’avance. Mais elles n’ont pas été capables de faire un break suffisamment confortable pour leur apporter la sérénité qui leur manquait.

Le 2ème set fut un cauchemar : une addition de fautes grossières dans tous les secteurs de jeu, mais surtout à l’attaque et au service (point fort nîmois en principe), qui a eu pour conséquence une véritable fessée, et l’obtention pour les banlieusardes lyonnaises de leur premier point depuis le début de la saison.

Dos au mur, nos filles ont toutefois été capables de réagir pour revenir à 2 manches partout et ne pas rentrer bredouilles, ce qui aurait été un comble.
Mais elles ont dans la foulée laisser filer un tie-break (qui leur tendait miraculeusement les bras) en gâchant trop d’opportunités.

L’entraîneur nîmois Stéphane Patte s’interrogeait à l’issue du match sur un éventuel excès de pression qu’il aurait pu mettre sur les épaules de ses filles avant la rencontre.
Il connaissait parfaitement la difficulté de ce genre de rencontre, qui voit s’opposer une équipe condamnée, qui veut juste s’amuser, se faire plaisir et remporter enfin un match dans sa saison, et une autre qui lutte pour le maintien, qui sait que tous ses concurrents ont pris 6 points contre cet adversaire, et qu’il faut impérativement en faire autant.
Il en a fait part tout au long de la semaine à ses joueuses, peut-être majoritairement trop jeunes pour assumer ce genre de pression… et le regrettait à posteriori.

Mais ce qui est fait est fait.
Le groupe doit rapidement tourner la page pour se présenter samedi prochain sur le taraflex de Gaston Lessut soudé, déterminé, revanchard envers lui-même pour, fort du soutien de ses supporters, battre une équipe de Villejuif qui jouera elle aussi sa peau.

Allez Nîmes, allez le NVB !!!

Il n’y a pas eu de miracle pour les filles de l’Elite du NVB samedi soir à Gaston Lessut face à Marcq en Baroeul.

Non seulement le groupe nîmois était considérablement amoindri (Diane Picard, blessée en fin de rencontre la semaine dernière à Toulon, n’est rentrée qu’à partir de la fin du 2ème set, Christine Ngeleka était forfait en raison d’une douleur à l’épaule, tandis que Laure Embry n’est pas encore opérationnelle…), mais il est en plus tombé sur une formation nordiste très performante dans tous les secteurs.

Malgré un intérim plus qu’honorable de Nadège Haewegene à la passe, malgré une belle prestation de Marion Cormier (notamment au 1er set) en lieu et place de… Nadège Haewegene, malgré un public nîmois remarquable qui a poussé durant tout le match derrière ses favorites, le handicap était trop lourd à porter contre un tel adversaire.

De très belles séquences, hélas trop courtes, ont alterné avec des périodes d’impuissance, malheureusement trop longues, ce qui a eu pour conséquence un résultat très (trop) sévère (défaite 0-3 : 18-25 ; 14-25 ; 13-25).

Le prochain rendez-vous ne devra pas être manqué : ce sera dans 2 semaines en banlieue lyonnaise et le déplacement à St Fons, d’où il faudra impérativement rentrer avec la victoire, et si possible une victoire à 3 points !

D’ici là, il faut espérer que les blessures seront guéries et que le collectif nîmois sera à 100% opérationnel…