C'est à la fois un gros soulagement mais aussi une énorme performance pour nos joueuses d'Elite féminine: elles sont parvenues à arracher leur maintien lors de la dernière journée des play-downs en allant l'emporter à Villejuif !

Le dicton "jamais 2 sans 3" a donc été démenti, puisqu'il s'agissait de la 3ème tentative de maintien en Elite du NVB après 2 échecs durant ces 5 saisons précédentes.

Après avoir gâché maintes occasions de se mettre à l'abri plus tôt (particulièrement en ne prenant qu'un point en 2 confrontations face à St Fons, qui aura conquis l'intégralité des siens sur toute la saison contre les nîmoises!), on pouvait craindre le pire pour cette rencontre au côté définitif, avec aucun échappatoire possible, aucun joker à brandir ou autre collier d'immunité à faire valoir : le vainqueur se maintiendrait, le vaincu serait relégué, point barre.

Ce genre de confrontation avec énormément de tension débouche souvent sur des matchs d’un faible niveau technique, émaillé de nombreuses fautes.
Il n’en a rien été, bien au contraire !
Les 2 formations se sont jetées corps et âmes dans la bataille, avec une énergie et une volonté qui forcèrent l’admiration !

Le mérite des nîmoises aura été de ne jamais s’affoler, jamais se désunir, même quand Villejuif a pris 5 longueurs d’avance dans les 1ers et 2èmes sets.
Patiemment, elles ont réussi à chaque fois à recoller aux basques des franciliennes, qui pensaient pourtant s’être débarrassées de leurs adversaires.
La maîtrise mentale des joueuses de Stéphane Patte, ainsi qu’une volonté et une détermination jamais prises en défaut, allaient par 2 fois permettre aux gardoises de s’imposer au nez et à la barbe des filles de Bruno Chateau : 27-29, puis 29-31 !

KO, Villejuif allait ensuite exploser devant l’euphorie qui s’était emparée des protégées de Maurice Niel.
Le coach adverse le sentit tôt, mais rien n’y fit.
Malgré 2 temps morts consécutifs à 1-4 puis 1-5 et une foultitude de changements de joueuses pour tenter de réanimer ses troupes, la déferlante nîmoise symbolisée par une Nadège Haewegene en lévitation, fit grimper l’écart à la vitesse grand V : 4-8, puis 4-16 au 2nd temps mort technique !

Un petit relâchement à ce moment là permit cependant aux banlieusardes parisiennes d’entrevoir un tout petit peu la lumière et de se rapprocher des visiteuses.
Cela eu pour effet de provoquer l’ire de l’entraîneur nîmois.
Un carton jaune et un temps mort plus tard, la marche en avant reprit, moins linéaire, plus chaotique, mais néanmoins inéluctable.
Et sur un service trop long de Villejuif, ce fut enfin la délivrance : 16-25 et victoire synonyme de maintien assuré !

Les 10 filles du groupe nîmois sont à féliciter : chacune aura contribué à obtenir ce maintien même si, comme dans tout collectif, le temps de jeu n’aura pas été le même pour toutes :
• Christine Ngeleka, blessée mais présente au plus près de ses copines pour les soutenir et qui prit la parole dans le vestiaire avant la rencontre pour les supplier de lui offrir le maintien
• Marion Cormier et Elise Cassagnau, peu ou pas utilisées sur ce match, mais qui avaient le niveau pour épauler leurs partenaires en cas de besoin
• Stefania Guaschino, épatante au centre comme au service
• Tiaré Teuruarii, qui a joué toute la rencontre en serrant les dents en raison d’une douleur au talon, mais qui a performé comme si de rien n’était
• Diane Picard qui, du haut de ses 21 ans, a assumé seule, sans le confort d’une possibilité d’être remplacée en cas de passage à vide, une distribution très clairvoyante du jeu
• Claudia Chalaux, en habituelle déménageuse au filet et qui a aussi bien contenu les services adverses
• Nadège Haewegene, évoquée plus haut, irrésistible par périodes, et solide tout le temps
• Cécile De Wilde, irréprochable comme souvent en réception et en défense et à l’attitude toujours positive
• Enfin, la titularisation sur ce match à fort enjeu de Laure Embry aura été capitale. Le niveau de jeu qu’elle y a affiché, tout comme la confiance qu’elle a apporté à ses partenaires sur cette rencontre décisive, justifient à eux seuls l’investissement qui a été fait pour qu’elle puisse venir étoffer le groupe nîmois.

Chapeau les filles, belle saison !
Merci pour avoir ménagé le suspens jusqu’à la dernière journée, même si cela aurait pu occasionner quelques petits soucis cardiaques aux supporters ou dirigeants…
Merci surtout pour cette conclusion heureuse et méritée !
À l’année prochaine… en Elite !

L'Elite féminine a échoué une seconde fois face à St Fons samedi 29/04/2017, à Nîmes (défaite 1-3: 22-25; 23-25; 25-21; 22-25).

La dernière à domicile de la saison aura donc été un échec, d'autant plus surprenant que les nîmoises restaient sur un succès probant dans le Nord chez le leader de la poule, Marcq en Baroeul, le 15/04/2017, (3-0)...

Mais il faut croire que St Fons est plutôt bien inspiré quand il s'agit d'affronter le NVB, puisque déjà à l'aller il avait fait mordre la poussière aux gardoises.

À moins que ce ne soit Nîmes qui n'y arrive pas avec le statut de favori sur les épaules.

Toujours est-il que les 4 points espérés sur les 2 dernières rencontres ne sont désormais plus atteignables.

Mais contrairement à ce que le laissait supposer l'article de présentation du week-end, le maintien ne s'est pas envolé samedi soir, avec cet échec à Gaston Lessut.

Il oblige "juste" à aller gagner à Villejuif samedi 06/05/17, et sur n'importe quel score, quand 2 sets auraient suffit en cas de victoire face à St Fons...

Il s'agira véritablement d'une finale pour le maintien qu'il faudra disputer, qui plus est à l'extérieur.
Et comme on dit souvent, une finale, ça ne se joue pas, ça se gagne!

Nos filles, comme à Marcq en Baroeul, seront à cette occasion dans la peau de l'outsider...

On sait que ce sera dur, mais il n'est pas interdit d'y croire!

L'équipe d'Elite féminine du Nimes Volley Ball n'arrive plus à gagner depuis 4 matchs, soit depuis la 1ère journée des play-downs et leur victoire à...Toulon.

Samedi, les joueuses gardoises ont pourtant réussi leur début de match, avec un 1er set d'un niveau très intéressant remporté 25-20: services bien plus efficaces que dernièrement, réceptions précises, attaques percutantes, défense plutôt efficace, et surtout beaucoup moins de fautes directes que face à Villejuif par exemple.

En face pourtant, Toulon jouait autrement mieux que lors des 4 précédentes confrontations entre les 2 équipes (2 matchs amicaux, coupe de France et match aller de play-down).

Pour pouvoir l'emporter, il aurait fallu que les nîmoises soient capables de maintenir le niveau de jeu affiché au 1er set durant toute la partie.

Or, elles se sont montrées un peu moins efficaces dans les secteurs clés du service et de la réception à partir de la 2ème manche, et ont en plus mal négocié des situations de relance qui leur auraient sans doute permis de mener 2 sets à zéro, puisqu'elles s'inclinèrent en fin de compte pour 2 malheureux points (23-25)...

Le 3ème set fut lui un condensé de tout ce qu'il ne fallait pas faire: plus de mouvement, plus d'ambiance, plus d'agressivité, beaucoup d'imprécisions et de fautes directes, et des joueuses qui erraient sur le terrain.
Résultat des courses: un 15-25 bien sévère mais juste pour des toulonnaises qui ne baissaient pas de rythme, bien au contraire!

La réaction nîmoises allait enfin arriver dans la 4ème manche, qui s'avéra être la plus spectaculaire.

Tandis que les varoises haussaient encore leur niveau, en défense notamment, les joueuses de Stéphane Patte allaient courageusement revenir dans la partie en se battant avec l'énergie du désespoir sur toutes les balles.

Malgré cela, on sentait que la confiance était du côté du TPM, puisque ses nombreux exploits défensifs étaient souvent transformés en points gagnants, pendant que ceux des filles du NVB n'arrivaient pas souvent à se concrétiser au tableau d'affichage.

Le suspense dura longtemps cependant, puisque les joueuses locales sauvèrent la bagatelle de 4 balles de match, avant de céder 27-29 pour conclure une défaite à zéro point, malheureusement.

Outre la confiance, il faut aussi reconnaitre que les varoises avaient un gros avantage athlétique sur les nîmoises, ainsi qu'un collectif beaucoup plus expérimenté.

On se demande même, au vu de ce match, comment cette formation toulonnaise en était arrivée à lutter pour le maintien, elle qui avait joué les premiers rôles en play-offs la saison dernière avec le même effectif...

Les choses se compliquent sérieusement désormais, puisque tous les jokers ont été grillés côté nîmois.
On se dirige désormais vers une lutte à 2 avec Villejuif, défait en 4 sets à Bordeaux, et qui compte toujours le même nombre de points que le NVB, avec un match en moins à disputer.

Même si ce n'est pas le meilleur endroit pour se refaire une santé, les coéquipières d'Elise Cassagnau seraient bien inspirées de ramener un petit quelque chose de leur déplacement à Marcq en Baroeul samedi prochain, avant d'aborder le sprint décisif avec la réception de St Fons dans 3 semaines, et le probable match de la mort à Villejuif le 6 mai prochain, en clôture de la saison.

Plus que jamais, il faut y croire et soutenir nos filles!

Allez le NVB, allez Nîmes!!!

Défaite à domicile en 5 manches de l'Elite féminine (16-25 ; 26-24 ; 19-25 ; 25-17 ; 10-15) par une valeureuse mais prenable équipe de Villejuif.

Les nîmoises ont manqué de régularité et fait une nouvelle fois beaucoup trop de fautes au service (comme à St Fons le week-end précédent) pour espérer l’emporter.

C’est d’autant plus dommage que depuis le début de la saison, le service était plutôt un point fort du collectif gardois.
Le match a offert aux spectateurs des échanges très spectaculaires, mais le manque de constance des locales en comparaison avec les visiteuses a fait la différence…

Voilà les joueuses de Stéphane Patte en position de 1er reléguable, mais rien n’est perdu cependant, puisque 4 équipes se tiennent en 1 point : Toulon (prochain adversaire du NVB le 8 avril prochain à Gaston Lessut) compte 13 points, tandis que Villejuif, Bordeaux et Nîmes en ont 12. Même Sens, avec 16 points, n’est pas tiré d’affaire !

Mais plus on se rapproche de la fin des play-downs, moins il faudra se permettre de gâcher les opportunités de gagner !

Il y eut quand même une bonne nouvelle dans la soirée : la rentrée très encourageante de Laure Embry, sur laquelle on pourra s’appuyer désormais

Allez Nîmes, Allez le NVB !!