L’équipe féminine Elite s’est inclinée avec panache samedi soir face à Istres PV au terme d’un match haletant qui aurait tout aussi bien revenir aux nîmoises.

Nos joueuses ont en effet bien bousculé Istres à partir de la 2ème manche, après une première à sens unique en faveur des visiteuses.

Les provençales, qui rappelons-le jouent l’accession en Ligue AF, ont perdu quelque peu les pédales dans la 3ème manche après l’égalisation gardoise à 1 set partout, avant de résister à la furia locale dans le money time de la 4ème, lors duquel les filles d’Elie Merheb ont sauvé plusieurs balles d’égalisation à 2 sets partout, mais se sont aussi et surtout procuré 3 balles de match en leur faveur !

Au bout d’un suspens échevelé et d’une tension palpable, les istréennes sont parvenues à sauver les meubles et à égaliser en remportant cette 4ème manche 33-31 !

Sans doute ragaillardies de s’en être miraculeusement sorties, les joueuses d’André Sa ont alors posé la main sur le tie-break et ne l’ont plus lâché, contrairement aux filles du président Maurice Niel touchées au moral mais qui n’ont pas pour autant abdiqué (victoire d’Istres 2-3 : 20-25 ; 25-18 ; 25-15 ; 31-33 ; 12-15).

Après ce match perdu d’extrême justesse, c’est un mélange de frustration, de fierté et d’espoir qui est ressenti par tout le clan nîmois :

• Frustration par rapport au résultat brut, et par rapport aux 3 balles de match laissées filées (dont une est vraiment rageante).

• Fierté d’avoir montré un visage aussi combatif et solidaire et d’avoir fait trembler un des favoris à l’accession, en dépit de moyens inégaux : il suffit de comparer le nombre de membres du staff et la logistique de part et d’autre, pour se rendre compte que les 2 clubs ne luttent pas dans la même catégorie !

• Espoir car le groupe nîmois démontre des progrès constants depuis quelques matchs, à la fois en termes techniques et physiques, mais aussi au niveau de la cohésion du groupe : il n’y a qu’à voir les courts passages sur le terrain de Diane Picard (1 ace et 1 défense d’un autre monde sur 3 points joués), de Marion Cormier (1 ace à chaque apparition au service !) et de Théodora Yeiwene (17 ans, et qui assure chaque réception qu’elle a à faire alors qu’elle se sait être systématiquement la cible des serveuses adverses), l’attitude des remplaçantes qui vivent le match comme si elles étaient elles-mêmes sur le terrain, en poussant du geste et de la voix leurs copines titulaires…

Et puis…et puis on a retrouvé Nadège, la vraie Nadège Haewegene, qui s’était montrée relativement discrète depuis le début de saison, et qui est redevenue samedi soir la réceptionneuse sûre et l’attaquante surpuissante que craignent tous les adversaires.
Et ça aussi, c’est une vraie bonne nouvelle et source d’espoir pour la suite, à commencer par la venue de Harnes samedi prochain !

Enfin, et en cela c'est presque une victoire, nos filles ont définitivement conquis leur public, en témoigne la poignante standing ovation que celui-ci leur a réservé, en remerciements du plaisir procuré.