Retour sur la première victoire en Elite féminine des joueuses du Nimes VB à Toulouse.

En flagrant manque de confiance, nos filles ont frôlé la correctionnelle face aux jeunes talents de l'IFVB.

En effet, elles se sont retrouvées menées 2 manches à rien, alors qu'avec un peu plus de sérénité, elles auraient dû prendre au moins le 1er set, finalement abandonné aux locales qui ne se sont pas faites prier pour accepter l'offrande.

Malgré une Claudia Chalaux très percutante, une réception plutôt stable et une bonne relation entre la passeuse Aïta Gaye et ses centrales Kathleen Hruska et surtout Tímea Kovács, les nîmoises se montraient trop faibles au service (pourtant un point fort habituellement) pour empêcher l'IFVB de développer son jeu et mettre sur orbite ses grands gabarit.

Le fait de voir les toulousaines rester au contact a fini par crisper nos filles, qui semblaient plus avoir peur de faire la faute que la rage de marquer le point...

Et ce qui devait arriver arriva: 29-27 pour les espoirs françaises!

Touchées moralement, les gardoises ne parvinrent pas à sortir la tête de l'eau dans le deuxième set.
Tactiquement, un plan anti Chalaux fut mis en place par le staff adverse, qui consista à la contraindre à réceptionner et à la surveiller de près au filet.

De ce fait, le rendement de notre fer de lance, tout en restant très correct, baissa néanmoins sensiblement.
Heureusement, l'efficacité de Tímea Kovács persista, et Anne-Sophie Bauer entra petit à petit dans la danse.

Ce fut toutefois insuffisant pour égaliser à une manche partout, face à un IFVB euphorique.
Celui-ci doubla la mise à 25-21 et se mit à entrevoir un 2ème succès, après celui remporté face à Monaco.

Dos au mur, les nîmoises n'avaient pas d'autre choix que de réagir et tout donner.
Ce fut heureusement le cas, preuve que cette équipe a du caractère!

Les services devinrent enfin la première arme offensive au lieu d'une simple mise en jeu, le danger arriva enfin de partout à l'attaque, avec une Anne-Sophie Bauer totalement retrouvée, et les défenses furent enfin converties en points gagnants.

De ce fait, les joueuses d'Elie Merheb creusèrent un écart que l'on pensa suffisant, sauf que la fébrilité refit son apparition au plus mauvais moment, c'est à dire au moment de conclure...

Les pensionnaires du CREPS de Toulouse recollèrent alors aux basques des visiteuses, rendant la fin du set des plus crispées et crispantes!
Mais une dernière attaque toulousaine trop longue apporta une bouffée d'oxygène en même temps que la 3ème manche aux nîmoises (25-27).

Dès lors, on sentit une baisse de régime physique chez les joueuses de l'IFVB, qui se concrétisa par un nombre de fautes directes en nette hausse, tandis que le NVB resta stable et enfin serein.

Cette 4ème manche fut presque tranquille, compte tenu de tout ce qu'on venait de traverser!

Et les nîmoises d'égaliser à 2 sets partout (19-25) et d'empocher au moins un point...

Sauf que l'objectif de ce déplacement était la victoire à tout prix, pour pouvoir valider tous les efforts et le travail accomplis depuis le 22 août, et booster la confiance indispensable pour les combats à venir.

Il fallait donc absolument aller chercher cette victoire et ce point supplémentaire.

Nîmes resta très concentré et s'octroya rapidement un break de 2 à 3 points qui fut maintenu jusqu'à la fin du set, permettant enfin de toucher à la première victoire de la saison (13-15).

Le mot qui résume le mieux cette rencontre est "ouf"!
Mais il n'est pas interdit de penser que désormais, nos joueuses seront libérées d'un poids, et que les batailles futures seront abordées avec soif de vaincre plutôt que trouille de perdre.

Et ça, ça change tout!

Prochains rendez-vous: ce samedi 11 novembre à domicile face à Mauguio (N2) en Coupe de France, et le samedi 18 novembre, toujours à domicile, pour le grand derby contre Istres.

Bravo aux joueuses et au staff, allez le NVB, allez Nîmes !