Les filles de l'Elite devront se racheter après leur contre-performance de samedi 18/03 à St Fons (défaite 3-2 : 25-23 ; 25-11 ; 19-25 ; 15-25 ; 15-12).
Si les nîmoises n’ont pas fait un grand match, elles jouent néanmoins de malchance : aux dires des joueuses adverses, ces dernières ont effectué leur meilleure prestation de la saison, et ont bénéficié de l’apport d’une recrue pour les play-downs qui donne une meilleure assise à leur collectif.
Dans le même temps côté nîmois, le retour au 1er plan de Laure Embry prend plus de temps qu’espéré (Laure en est la première malheureuse), et l’absence de Christine Ngeleka jusqu’à la fin de la saison est un lourd handicap.

Ceci étant, il y avait la place de faire nettement mieux, mais une grande fébrilité a gagné les rangs gardois après la perte d’un 1er set mal engagé certes (6-1 pour St Fons), mais qui a vu le NVB revenir rapidement avant de prendre 1 point d’avance. Mais elles n’ont pas été capables de faire un break suffisamment confortable pour leur apporter la sérénité qui leur manquait.

Le 2ème set fut un cauchemar : une addition de fautes grossières dans tous les secteurs de jeu, mais surtout à l’attaque et au service (point fort nîmois en principe), qui a eu pour conséquence une véritable fessée, et l’obtention pour les banlieusardes lyonnaises de leur premier point depuis le début de la saison.

Dos au mur, nos filles ont toutefois été capables de réagir pour revenir à 2 manches partout et ne pas rentrer bredouilles, ce qui aurait été un comble.
Mais elles ont dans la foulée laisser filer un tie-break (qui leur tendait miraculeusement les bras) en gâchant trop d’opportunités.

L’entraîneur nîmois Stéphane Patte s’interrogeait à l’issue du match sur un éventuel excès de pression qu’il aurait pu mettre sur les épaules de ses filles avant la rencontre.
Il connaissait parfaitement la difficulté de ce genre de rencontre, qui voit s’opposer une équipe condamnée, qui veut juste s’amuser, se faire plaisir et remporter enfin un match dans sa saison, et une autre qui lutte pour le maintien, qui sait que tous ses concurrents ont pris 6 points contre cet adversaire, et qu’il faut impérativement en faire autant.
Il en a fait part tout au long de la semaine à ses joueuses, peut-être majoritairement trop jeunes pour assumer ce genre de pression… et le regrettait à posteriori.

Mais ce qui est fait est fait.
Le groupe doit rapidement tourner la page pour se présenter samedi prochain sur le taraflex de Gaston Lessut soudé, déterminé, revanchard envers lui-même pour, fort du soutien de ses supporters, battre une équipe de Villejuif qui jouera elle aussi sa peau.

Allez Nîmes, allez le NVB !!!