Pas de miracle pour l’Elite féminine à Terville samedi soir. Nos joueuses se sont inclinées sèchement en 3 sets face à un prétendant à la Ligue AF.

Après une déculottée dans la 1ère manche (25-9), les nîmoises ont réagi afin d’éviter l’humiliation dans les 2 suivantes (25-19 et 25-17).

Mais comme face à Harnes, les 2 équipes ne luttent pas dans la même catégorie…

En revanche, il faudra répondre présentes dans 2 semaines (après un intermède Coupe de France vendredi 08/12 à Mauguio) et empocher 3 points face à Monaco, ainsi qu’en janvier contre Toulon, pour se présenter au début des play-downs avec un maximum de chances de maintien !

Défaite incontestable pour notre équipe d’Elite féminine samedi soir à Gaston Lessut lors du match de gala face à Harnes.

Mais cette fois-ci, contrairement à la rencontre cédée sur le fil face à Istres la semaine dernière, ce fut sans regret tant la différence de niveau était grande entre les 2 équipes…

Au lieu que Harnes s’acharne, il aurait fallu que Nîmes s’anime !

Hélas, les nordistes ne l’ont pas permis. Elles ont au contraire rapidement pris les crocodiles à la gorge pour ne jamais desserrer leur étreinte, ne permettant à aucun moment à nos joueuses d’entrevoir la lumière et d’espérer une issue favorable.

Face à une équipe extrêmement solide et puissante, qui a donné très peu de points, il aurait fallu que le NVB sorte le match parfait.
Ce ne fut malheureusement pas le cas puisque, ballotté en réception, il n’a pas pu compenser par la vitesse son déficit de taille et de punch…

Malgré un public très nombreux qui ne demandait qu’à s’enflammer, l’étincelle n’est jamais venue et un sentiment d’impuissance a fini par gagner les tribunes.

Nos joueuses, qui auraient pu elles aussi se montrer résignées, ont eu le mérite de conserver une attitude qui leur a permis de ne pas sombrer et de garder la tête haute, à défaut de pouvoir rivaliser.

Le score est rude (0-3 : 16-25 ; 17-25 ; 21-25), mais il est logique.

Le prochain rendez-vous risque de ne pas être non plus une sinécure, puisque Elie Merheb et ses filles se rendront samedi prochain à Terville, qui a assommé cette même équipe d’Harnes il y a 10 jours !

Le genre de rencontre sans pression qui pourrait déboucher sur un exploit nîmois ? Et pourquoi pas !

L’équipe féminine Elite s’est inclinée avec panache samedi soir face à Istres PV au terme d’un match haletant qui aurait tout aussi bien revenir aux nîmoises.

Nos joueuses ont en effet bien bousculé Istres à partir de la 2ème manche, après une première à sens unique en faveur des visiteuses.

Les provençales, qui rappelons-le jouent l’accession en Ligue AF, ont perdu quelque peu les pédales dans la 3ème manche après l’égalisation gardoise à 1 set partout, avant de résister à la furia locale dans le money time de la 4ème, lors duquel les filles d’Elie Merheb ont sauvé plusieurs balles d’égalisation à 2 sets partout, mais se sont aussi et surtout procuré 3 balles de match en leur faveur !

Au bout d’un suspens échevelé et d’une tension palpable, les istréennes sont parvenues à sauver les meubles et à égaliser en remportant cette 4ème manche 33-31 !

Sans doute ragaillardies de s’en être miraculeusement sorties, les joueuses d’André Sa ont alors posé la main sur le tie-break et ne l’ont plus lâché, contrairement aux filles du président Maurice Niel touchées au moral mais qui n’ont pas pour autant abdiqué (victoire d’Istres 2-3 : 20-25 ; 25-18 ; 25-15 ; 31-33 ; 12-15).

Après ce match perdu d’extrême justesse, c’est un mélange de frustration, de fierté et d’espoir qui est ressenti par tout le clan nîmois :

• Frustration par rapport au résultat brut, et par rapport aux 3 balles de match laissées filées (dont une est vraiment rageante).

• Fierté d’avoir montré un visage aussi combatif et solidaire et d’avoir fait trembler un des favoris à l’accession, en dépit de moyens inégaux : il suffit de comparer le nombre de membres du staff et la logistique de part et d’autre, pour se rendre compte que les 2 clubs ne luttent pas dans la même catégorie !

• Espoir car le groupe nîmois démontre des progrès constants depuis quelques matchs, à la fois en termes techniques et physiques, mais aussi au niveau de la cohésion du groupe : il n’y a qu’à voir les courts passages sur le terrain de Diane Picard (1 ace et 1 défense d’un autre monde sur 3 points joués), de Marion Cormier (1 ace à chaque apparition au service !) et de Théodora Yeiwene (17 ans, et qui assure chaque réception qu’elle a à faire alors qu’elle se sait être systématiquement la cible des serveuses adverses), l’attitude des remplaçantes qui vivent le match comme si elles étaient elles-mêmes sur le terrain, en poussant du geste et de la voix leurs copines titulaires…

Et puis…et puis on a retrouvé Nadège, la vraie Nadège Haewegene, qui s’était montrée relativement discrète depuis le début de saison, et qui est redevenue samedi soir la réceptionneuse sûre et l’attaquante surpuissante que craignent tous les adversaires.
Et ça aussi, c’est une vraie bonne nouvelle et source d’espoir pour la suite, à commencer par la venue de Harnes samedi prochain !

Enfin, et en cela c'est presque une victoire, nos filles ont définitivement conquis leur public, en témoigne la poignante standing ovation que celui-ci leur a réservé, en remerciements du plaisir procuré.

Qualification de l'Elite féminine du Nîmes Volley Ball en Coupe de France après sa victoire en 3 sets face à Mauguio (25-16; 25-15; 30-28) !

Après une entame de match laborieuse qui a vu les leaders de N2 héraultaises s'échapper jusqu'à mener 11-7, les nîmoises ont ensuite joué les rouleaux compresseurs jusqu'à la fin du 2ème set.

Un relâchement coupable à failli leur coûter la 3ème manche, mais à l'orgueil les locales ont resserré les boulons et sont revenues in extremis pour coiffer Mauguio avec un petit peu de réussite.

À noter la bonne rentrée à la passe de Diane Picard, et les brèves mais convaincantes apparitions des jeunes Théodora Yeiwene et Inès Ben Jaddi.

Cette 2ème victoire consécutive, après celle obtenue à Toulouse face à l'IFVB le week-end dernier, permet de faire le plein de confiance avant les échéances importantes que constituent les réceptions prochaines de Istres et Harnes.

En attendant, félicitations aux joueuses qui poursuivent leur route en Coupe !

Retour sur la première victoire en Elite féminine des joueuses du Nimes VB à Toulouse.

En flagrant manque de confiance, nos filles ont frôlé la correctionnelle face aux jeunes talents de l'IFVB.

En effet, elles se sont retrouvées menées 2 manches à rien, alors qu'avec un peu plus de sérénité, elles auraient dû prendre au moins le 1er set, finalement abandonné aux locales qui ne se sont pas faites prier pour accepter l'offrande.

Malgré une Claudia Chalaux très percutante, une réception plutôt stable et une bonne relation entre la passeuse Aïta Gaye et ses centrales Kathleen Hruska et surtout Tímea Kovács, les nîmoises se montraient trop faibles au service (pourtant un point fort habituellement) pour empêcher l'IFVB de développer son jeu et mettre sur orbite ses grands gabarit.

Le fait de voir les toulousaines rester au contact a fini par crisper nos filles, qui semblaient plus avoir peur de faire la faute que la rage de marquer le point...

Et ce qui devait arriver arriva: 29-27 pour les espoirs françaises!

Touchées moralement, les gardoises ne parvinrent pas à sortir la tête de l'eau dans le deuxième set.
Tactiquement, un plan anti Chalaux fut mis en place par le staff adverse, qui consista à la contraindre à réceptionner et à la surveiller de près au filet.

De ce fait, le rendement de notre fer de lance, tout en restant très correct, baissa néanmoins sensiblement.
Heureusement, l'efficacité de Tímea Kovács persista, et Anne-Sophie Bauer entra petit à petit dans la danse.

Ce fut toutefois insuffisant pour égaliser à une manche partout, face à un IFVB euphorique.
Celui-ci doubla la mise à 25-21 et se mit à entrevoir un 2ème succès, après celui remporté face à Monaco.

Dos au mur, les nîmoises n'avaient pas d'autre choix que de réagir et tout donner.
Ce fut heureusement le cas, preuve que cette équipe a du caractère!

Les services devinrent enfin la première arme offensive au lieu d'une simple mise en jeu, le danger arriva enfin de partout à l'attaque, avec une Anne-Sophie Bauer totalement retrouvée, et les défenses furent enfin converties en points gagnants.

De ce fait, les joueuses d'Elie Merheb creusèrent un écart que l'on pensa suffisant, sauf que la fébrilité refit son apparition au plus mauvais moment, c'est à dire au moment de conclure...

Les pensionnaires du CREPS de Toulouse recollèrent alors aux basques des visiteuses, rendant la fin du set des plus crispées et crispantes!
Mais une dernière attaque toulousaine trop longue apporta une bouffée d'oxygène en même temps que la 3ème manche aux nîmoises (25-27).

Dès lors, on sentit une baisse de régime physique chez les joueuses de l'IFVB, qui se concrétisa par un nombre de fautes directes en nette hausse, tandis que le NVB resta stable et enfin serein.

Cette 4ème manche fut presque tranquille, compte tenu de tout ce qu'on venait de traverser!

Et les nîmoises d'égaliser à 2 sets partout (19-25) et d'empocher au moins un point...

Sauf que l'objectif de ce déplacement était la victoire à tout prix, pour pouvoir valider tous les efforts et le travail accomplis depuis le 22 août, et booster la confiance indispensable pour les combats à venir.

Il fallait donc absolument aller chercher cette victoire et ce point supplémentaire.

Nîmes resta très concentré et s'octroya rapidement un break de 2 à 3 points qui fut maintenu jusqu'à la fin du set, permettant enfin de toucher à la première victoire de la saison (13-15).

Le mot qui résume le mieux cette rencontre est "ouf"!
Mais il n'est pas interdit de penser que désormais, nos joueuses seront libérées d'un poids, et que les batailles futures seront abordées avec soif de vaincre plutôt que trouille de perdre.

Et ça, ça change tout!

Prochains rendez-vous: ce samedi 11 novembre à domicile face à Mauguio (N2) en Coupe de France, et le samedi 18 novembre, toujours à domicile, pour le grand derby contre Istres.

Bravo aux joueuses et au staff, allez le NVB, allez Nîmes !